Je partage la route

Stupidité artificielle

Je vous ai bien eu! Vous vous attendiez à ce que le professeur d’informatique vous parle d’intelligence artificielle,  mais il vous parlera plutôt du contraire.

Lorsqu’on se déplace du point A vers le point B en véhicule polluant, il suffit de cliquer avec la souris les points A et B sur une carte et l’intelligence artificielle calcule automatiquement la meilleure route entre ces deux points.

Lorsqu’on se déplace à vélo du point A vers la point B, il suffit de cliquer avec la souris les points A et B sur une carte et la stupidité artificielle calcule automatiquement la meilleure route entre ces deux points.

Deux exemples suffiront à illustrer l’excellent travail de la stupidité artificielle (SA) . Dans le premier exemple, on désire pédaler de Laval-sur-le-lac jusqu’à Deux-Montagnes. Voici le chemin proposé par la SA.

Regardons maintenant cela sur l’image satellite.

Mais quelles sont donc ces deux structures qui enjambent la rivière? Celle de gauche est un pont ferroviaire, donc clairement hors limite pour les cyclistes. Celle du droite est un barrage, et, vérification faite, il est parfaitement légal d’y circuler à vélo. Ce barrage est normalement interdit aux automobiles, mais en raison des travaux de construction sur le pont Arthur Sauvé, la circulation automobile y a été permise dans une seule direction après que la structure du barrage eut été renforcée. La plus drôle est que si on regarde la carte version vélo, on y voit la piste cyclable sur le barrage, mais l’algorithme de la SA ne prend en compte que les chemins sur lesquels les voitures sont permises.

Deuxième exemple, aller de Saint-Anne-de-Bellevue à l’église historique Saint-Michel de Vaudreuil. Voici le trajet proposé par la SA.

Malgré que j’aime bien prendre le traversier d’Oka, le trajet représente une distance de 72,76 Km d’après la SA.  La SA ignore l’existence du traversier entre l’île Bizard et Laval-sur-le-lac dont l’utilisation aurait ramené la distance à 53,29 Km. Encore une fois, la plus grave carence de la SA est d’ignorer l’existence de deux toutes petites piste cyclables que l’on voit sur cette carte.

Dans le domaine des pistes cyclables, la qualité est plus importante que la quantité et ces deux pistes cyclables qui permettent aux cyclistes d’emprunter en toute sécurité et légalement les ponts de l’autoroute 20 sont essentielles pour tous les cyclistes de la région. Sur une carte, elles sont courtes, mais elles sont néanmoins primordiales pour les déplacements à vélo. Si on utilise ces ponts, le trajet se résume à un peu moins que 11 Km.

Ce n’est pas l’algorithme de Dijkstra utilisé par Google qui est en cause mais le fait qu’il manque certains arcs dans le graphe utilisé pour calculer le chemin le plus court. Par exemple, les arcs correspondant au barrage du Grand Moulin, au traversier de l’île Bizard, à la piste cyclable du pont Galipeau et à celle du pont Tascherau sont clairement manquants. Les pistes cyclables ne sont qu’un dessin sur la carte

auquel rien ne correspond dans la structure de données. Conséquemment, bien que l’œil humain puisse voir le réseau cyclable sur la carte, il n’y a aucun élément correspondant dans le graphe et l’algorithme limite donc la recherche du meilleur chemin au réseau routier à l’exception des autoroutes et autres chemins interdits aux vélos. Je trouve cette situation risible car la base de données qui contient la majorité les interdictions de virer à gauche de la la ville est minable en terme de pistes cyclables.

De plus, la structure de données ne tient pas comte de la nature saisonnière de certains traversiers. Par exemple, on ne devrait pas être en mesure d’utiliser le traversier Hudson-Oka au mois de janvier car il ne fonctionne que de mai à novembre.

Le score final est : intelligence humaine 2, stupidité artificielle 0.

4 réponses à to “Stupidité artificielle”