Je partage la route
Dailymile

Archive pour janvier 2011

Rouler à 70 km/h sur un TACX

Voici un court extrait de mon entraînement du jour. Il s’agit d’un intervalle rapide en 52×12. Malheureusement, YouTube a dégradé la qualité du vidéo et c’est à peine si on peut voir le 70 km/h qui est assez clair sur l’original malgré la vibration du vélo.

Le vidéo a été réalisé en 640×480 en plaçant la caméra sur un trépied. En raison de la vibration du vélo, l’image n’est pas claire

Le texte en rouge est le tout premier montage vidéo que j’ai réalisé dans ma vie.


La belle libellule

Comme c’est l’hiver et que je n’ai pas réellement de nouvelles de vélo à partager, je vais vous parler de mes photographies estivales. Je suis un photographe amateur qui aime bien faire de la macrophotographie d’animaux lorsque l’occasion se présente. Une libellule s’étant posée sur ma corde à linge m’a donné une occasion inespérée  de réaliser le portrait d’un insecte.

Je trouve cela très joli, mais je suis biaisé. Je peux rêver que quelqu’un va m’acheter l’original de quatre megapixels, mais il vaudrait mieux que je retombe sur terre et que j’aille effectuer mes exercices pour les abdominaux.

Parcours de course à pied au jardin Botanique

Voici une carte du parcours de course à pied du jardin botanique de Montréal. L’accès est gratuit en hiver.

Le chemin blanc en forme de demi-lune qui unit les portions droites et gauches du jardin botanique n’est pas déblayé l’hiver et une piste de ski de fond le traverse.

L’entraînement intérieur

Ma saison de vélo stationnaire bat son plein. J’ai installé mon vélo de route sur un TACX, ce qui le transforme temporairement en bicyclette fixe.

Je vais partager un petit truc que j’ai découvert sur l’internet qui permet d’éliminer presque toute la transpiration qui se retrouve normalement au sol à la fin d’une séance. On ne transpire pas réellement plus sur un vélo stationnaire que sur un vélo mobile. Cependant, comme on n’est pas exposé ou vent qui favorise l’évaporation rapide de la transpiration, cette dernière se retrouve au sol sous forme de flaques d’eau.

On ne peut rien faire pour minimiser la transpiration car elle est nécessaire au refroidissement de notre corps. Cependant, on peut l’empêcher d’atteindre le sol. Le truc consiste à remplacer le maillot cycliste par un t-shirt en coton. Ce qui serait une grave erreur en plein air fonctionne parfaitement à l’intérieur. À l’extérieur, la transpiration doit traverser les couches de vêtements afin de se retrouver à l’air libre là ou elle s’évapore rapidement en raison du vent. À l’intérieur, un maillot cycliste transporte rapidement la transpiration de la peau vers la surface extérieure du maillot, mais en absence de vent, les gouttes d’eau n’ont qu’une seule place où aller: sur le plancher. La coton ne laisse pas passer la transpiration, il l’absorbe. Comme un image vaut mille mots, voici de quoi avait l’air mon t-shirt après la séance d’hier.

Comme on le voit facilement, le vêtement à absorbé l’eau et l’a empêché d’atteindre le sol. Inutile de dire que si la séance d’entraînement n’est pas terminée, on change de t-shirt avant de passer aux autres exercices.