Je partage la route
Dailymile

Archive pour avril 2013

Le blogue a changé d’hébergeur

Je m’excuse des problèmes de non disponibilité que cela a causé.

Il y a quelques images qui ont disparues. Je vais tenter de régler le problème demain.

Le barrage de Saint-Didace

Le lac Maskinongé n’étant pas encore dégelé, tous les évacuateurs de crues du barrage sont en position ouverte, ce qui est rare.

 

Le parcours est encore sale et même très sale dans les rangs.

 

La saison de l’hybride n’est donc pas encore terminée.

 

Le parcours vous amène à la base de la Montagne à Zamette, nous en reparlerons une prochaine fois.

 

Le barrage de Saint-Didace http://www.saint-didace.com/tourisme/?id=28#moulin

Ma première sortie en 2013

Voici ma première sortie en hybride cette année. Les routes sont encore trop sales pour rouler en vélo de route.

J’ai ajouté une nouvelle source de cartes pour le traitement de mes entraînements. Cette carte, Open Cycle Map, à l’avantage d’offrir des courbes de niveau.

 

La fin des devinettes

Le parcours suivant à l’air enchanteur, il y a même une charmante montée de quatrième catégorie. Quel est donc le problème?

Ce parcours comporte des segments dépourvus de pavage qui sont difficiles à rouler en vélo de route. Mon objectif n’est pas de commencer un croisade visant à faire paver toutes les routes à faible débit, le gouvernement n’en a clairement pas les moyens. Je désire que les cartes indiquent clairement les segments sans asphalte. Dans ma jeunesse, ces segments étaient clairement indiqués, mais cette information est disparue avec le temps. Il faut la remettre. Même si site Québec 511 de Transports Québec ne comporte aucune information sur le pavage des routes.

Voici quand même quelques trucs qui permettent de deviner deviner les routes dépourvues de pavage. On peut dans Google Map placer le pointeur sur une intersection entre une route répertoriée et une route inconnue. Cela permet parfois de constater qu’une route n’est pas pavé. Cependant, il arrive qu’une route soit pavée uniquement sur quelques dizaines de mètres avant une intersection. Cette méthode permet d’affirmer avec certitude qu’une route n’est pas pavée mais elle n’est pas en mesure de prouver le contraire par ce qu’on ne voit qu’une petite partie de la route sur la photographie.


Agrandir le plan

Une autre méthode consiste à cliquer sur le petit bonhomme de Google Street View et à maintenir le bouton de gauche de la souris enfoncé sans le relâcher  Cela surligne en bleu les routes qui ont été parcourues par la voiture de Google. On voit facilement que le chemin du 9è Rang d’York n’est pas pavé sur une courte distance. C’est le genre de mauvaise surprise que l’ont apprécie pas en vélo de route.

Malheureusement, on ne peut pas se fier entièrement à cette méthode par ce que rarement, la voiture de Google passe par une route de terre comme c’est le cas ici.


Agrandir le plan

Cette rue a peut-être déjà été pavée comme en font foi les petits bouts d’asphaltes, cependant, elle ne l’est plus.

Le seul moyen fiable de pour connaître l’emplacement des routes sans asphalte serait de s’assurer que cette information figure sur les cartes. Il n’y a actuellement qu’une seule  carte qui offre cette information, il s’agit de Bing bêta. Lorsqu’on regarde la carte avec un grossissement suffisant, une route pavée apparaît comme un trait double tandis qu’un chemin de terre se présente sous la forme d’un trait simple. En réalité, le chemin Lafrenière est pavé sur quelques mètres de plus après le chemin England, mais pour un cycliste qui planifie un voyage, cela ne fait aucune différence.

Malheureusement, les limitations de cette version bêta sont ennuyeuses.  Le contour des lacs est imprécis pour les lac de grande dimension tandis que les petits lacs sont absents.

La carte de Bing


Agrandir le plan

La réalité

Les lacs sont importants pour se repérer: une intersection qui se situe après un lac est immanquable.  Comme on ne peut pas encore tracer un parcours vélo directement en utilisant la carte de Bing, on doit rapporter l’information sur une carte d’Open cycle Map ou sur une carte de Google avant de pouvoir tracer et transférer sur un GPS. La nature incomplète de la carte bêta rend ardue le transfert vers un autre carte plus complète.